1. La méthode étiopathique

Du grec aïita(la cause) et pathos (la souffrance), le terme Etiopathie fait référence à une méthode visant à chercher les causes d’une maladie afin d’en supprimer ses effets. L’Etiopathie a instauré une nouvelle méthodologie scientifique et inauguré une nouvelle façon d’appréhender les pathologies humaines. En effet, l’Etiopathie considère le corps humain dans son ensemble. Cette méthode dite systémique permet l’établissement d’un diagnostic étiopathique. Cette analyse causale est possible car le corps humain est appréhendé et étudié comme un ensemble de systèmes en interaction permanente. L’approche cybernétique permet à l’étiopathe d’identifier l’origine des symptômes. A partir de là l’étiopathe, appliquera des techniques de thérapies manuelles adaptées.


Complémentaire de la médecine classique, l’Etiopathie permet de soigner la majorité des maux qui affectent notre quotidien sans médicaments.

L’Etiopathie permet d’éviter un grand nombre d’hospitalisations et d’interventions chirurgicales (hernie discale, canal carpien, ablation amygdales, végétations, otite de la petite enfance…). Repoussant sans cesse les limites de son champs d’investigation, l’Etiopathie circonscrit en revanche parfaitement son champ d’intervention.

L’Etiopathe réoriente systématiquement un patient si un traitement médicamenteux, psychologique ou chirurgical s’avère nécessaire. Vouée aux pathologies fonctionnelles l’Etiopathie intervient en particulier là où les thérapies médicamenteuses peuvent s’avérer surdimensionnées et porteuses d’effets secondaires.

Néanmoins, elle peut aussi, dans certains cas bien précis, intervenir de façon complémentaire pour des pathologies qui sortent de son domaine d’application (diabète, dépression, hypertension, cancer…) et qui révèlent d’un traitement palliatif.